Archives mensuelles : février 2009

Un deuxième film de Mohamed

Ce film de Mohamed  (en deux parties) traite de la situation des réfugiés afghans en Iran, plus particulièrement de leur exclusion… Allez voir !

Publicités

1 commentaire

Classé dans au jour le jour

Au cercle de silence, samedi, avec les exilés et les RG

cercle_silence_7fevrier_paris10_3Le Le groupe s’étend, s’étire petit à petit, 10, 20,  30, les militants arrivent au compte-goutte. Devant le parvis Saint-Laurent juste à côté de la Gare de l’Est, il est 17h, ça caille (on a de la chance, il ne neige plus !) mais les gens sont souriants. Une vingtaine d’exilés arrivent pour encore agrandir le cercle.  Tout le monde se regarde un peu étonné, pour moi comme pour pas mal de monde, c’est le premier cercle de silence. Manifester (pour dénoncer la situation désastreuse faite aux demandeurs d’asile à Paris) en se taisant, ça fait un drôle d’effet…

Deux flics et trois RG sont là depuis le début. Un militant s’en amuse: « Au moins, nous on crée de l’emploi ! 5 personnes mobilisées un samedi après-midi, si c’est pas de la relance ça… » Finalement, nous sommes une cinquantaine et on s’installe pour le cercle. Une légère inquiétude dans les regards. Entre les flics, les photographes et les vidéastes, il y a de quoi se sentir un peu regardé. Le seul hic, c’est que coincés entre l’église et les balustrades,  nous ne sommes pas visibles pour les passants.  Au milieu du parvis, des balustrades surplombées de grillages pour protéger des travaux de voirie nous isolent du boulevard. Quand même on manifeste ! Des militants trépignent. Je me retourne, je vois Jésus en pierre au-dessus de la porte de l’église qui ouvre ses bras, serein. Bon d’accord, un peu d’abnégation, mais c’est quand même un peu dommage de manifester dans l’ombre…

Finalement, un mouvement se crée : l’arrivée d’un nouveau groupe d’éxilés oblige le cercle à migrer vers le boulevard. Et les membres du collectif de soutien en profite pour réorganiser le cercle en demandant (en silence) à ceux qui étaient devant la balustrade de passer derrière, question d’être vu des passants. Le cercle se reforme : nous sommes maintenant plus de 100. A l’intérieur de notre cercle du silence, un autre cercle : celui des balustrades, au joli nom de Clearstream, ce qui m’amène à regarder maintenant mes camarades/compagnons à travers des grilles ! Sans slogan, ni mot d’ordre, le cercle de silence a finalement créé  une belle démonstration de la situation… 

cercle_silence_7fevrier_paris10_4

1 commentaire

Classé dans au jour le jour, les Parisiens et les exilés

Des exilés se sont fait gazer dans le parc !

A la soupe populaire de l’Armée du Salut hier soir, je pensais voir Mohamed, sans succès… Au bout d’une demi-heure à regarder le ballet des « errants » à la recherche de leur pitance quotidienne, un groupe de 5 jeunes afghans se rapproche de moi. L’un d’entre eux parle un peu l’anglais, il est en colère. Cela fait 10 jours qu’il est à Paris, à la rue et il semble excédé. What Happen ?  » Depuis quelques jours les flics passent à 2/3h du matin au parc, où je dors avec une vingtaine d’exilés. Ils viennent et nous réveillent avec des gaz lacrymogènes et nous obligent à sortir du jardin. Mais pour aller où ! Nous  n’avons nulle part où aller. Il n’y a pas de place dans les bus le soir à Colonel Fabien pour dormir au camp… » Un jeune d’une vingtaine d’années derrière lui, hoche de la tête. Il a les yeux rouges et les paupières gonflées.

Un peu plus tard, à la réunion du collectif de soutien aux exilés, Jean-Michel Centres confirme :  plusieurs jeunes  lui ont parlé de ces gazages nocturnes dans le jardin et dans les recoins des immeubles le long du Canal, où certains d’entre-eux dorment la nuit. Le collectif a même interpellé la Mairie. Celle-ci dit ne pas être au courant et affirme que « les flics » n’ont pas agit sous les ordres du commissariat du 10e ! Il se passe des choses bizarres ces derniers temps dans le quartier Villemin…

2 Commentaires

Classé dans au jour le jour, Maraudes

Un premier film de Mohamed

Mohamed, le cinéaste, m’a donné une copie de plusieurs de ces films. Je vous laisse découvrir le premier…

Poster un commentaire

Classé dans au jour le jour

les frontières invisibles

Hier, je suis passée au jardin Villemin. les Parisiens avec leurs enfants occupaient les espaces verts, et  les réfugiés, sur le côté, étaient regroupés sur le terrain de Hand. Chacun son espace. Comme si une frontière invisible séparait efficacement le monde des nomades et ceux des sédentaires. 

J’ai repensé à une étrange discussion que j’ai eu vendredi au téléphone avec une responsable d’une grande association spécialisée dans l’accueil des réfugiés qui me demandait de lui trouver au plus vite « mon ami » Mohamed pour participer à une émission « parce que ce serait bien quand même d’entendre parfois les réfugiés ». Etrange demande ! Mohamed n’a pas de téléphone, je le rencontre la plupart du temps par hasard en allant au jardin ou au centre d’accueil… Mais qui révèle dans quel monde de dingues nous vivons où même les associations ne créent plus de liens avec les gens qu’elles sont censés protéger…

Olivier Jobard/MDM/SIPA

Olivier Jobard/MDM/SIPA

Poster un commentaire

Classé dans les Parisiens et les exilés